La chute des Croisés au Moyen-Orient

Avec la prise de Jérusalem en 1099 et la fondation de nombreux petits Etats comme la Principauté d'Antioche, le Comté d'Edessa ou le Royaume de Jérusalem, les croisés chrétiens étaient à l'apogée de leur pouvoir au Moyen-Orient à la fin du XIe et au début du XIIe siècle.

Il devint rapidement clair, cependant, que l'Ordre des Templiers, fondé spécifiquement pour protéger les territoires conquis, ne serait pas en mesure de résister longtemps à l'assaut croissant des attaques islamiques. Quand en 1144 le comté d'Edessa fut vaincu et perdu par les Seldjoukides, la deuxième croisade se termina dans le chaos et en 1187 la ville de Jérusalem tomba entre les mains de l'ennemi, la troisième croisade fut déclarée.

Il a été équipé par les troupes des souverains européens Richard I. Lionheart d'Angleterre, Philip II. de France ainsi que l'empereur allemand Friedrich I. Barbarossa. En 1189, l'empereur allemand Friedrich partit pour le Moyen-Orient des mois avant les troupes des deux autres souverains. Sur le chemin, le souverain s'est noyé dans la rivière Saleph, après quoi l'armée allemande s'est en grande partie dissoute. Son fils et successeur le duc Frédéric V de Souabe s'installe alors avec seulement une petite partie de l'ancienne armée dans la ville d'Acre, assiégée par le roi Guido de Jérusalem. Cette ville portuaire était importante dans la planification militaire dans la mesure où une reconquête de Jérusalem nécessiterait un réapprovisionnement par voie maritime de la ville portuaire d'Acre, car il n'aurait pas été possible de garder la ville sans approvisionnement pendant longtemps. En 1191, les troupes de Richard I. et Philippe II. arrivèrent également, après quoi la ville fut conquise.

Cependant, les circonstances difficiles de la croisade se sont encore détériorées lorsque le dirigeant autrichien Léopold n'a pas pu parvenir à un accord avec Richard I sur la manière de procéder et est retourné en Autriche. Philippe II a également dû quitter la croisade après avoir reçu des rapports de troubles en France.
Richard I. était donc seul dans la lutte contre les Seldjoukides. Il a conduit son maître en août 1191 depuis Acre depuis le sud pour se réapprovisionner. Son armée a réussi à maintenir les troupes ennemies en marche à distance pendant un certain temps, une bataille plus importante n'a eu lieu que le 7 septembre 1191, où Richard ne pouvait pas prendre un plus grand avantage, mais il ne pouvait que renforcer sa réputation. Cependant, Richard ne pouvait plus mettre en pratique son plan de reconquête de Jérusalem, car lui aussi était rappelé dans son Angleterre natale pour s'occuper des affaires intérieures. Ceci a marqué la fin de la troisième croisade sans aucun gain notable.

 

Troisième Croisade

Troisième Croisade

 

La Quatrième Croisade était principalement pour le profit. Le doge vénitien Enrico Dandolo, par exemple, a gagné un nez d'or dans le transport et la logistique de la croisade par transport maritime et le dirigeant de Gênes. Mais elle s'est terminée rapidement et cruellement lorsque les troupes ont été détournées vers Constantinople et y ont été pillées pendant trois jours, tuant des milliers de personnes et brûlant beaucoup de choses.

 

Les Croisés conquièrent Constantinople. Illumination d'un livre de Paris, 1499

Les Croisés conquièrent Constantinople. Illumination d'un livre de Paris, 1499

 

Lors de la Cinquième Croisade, déclarée en 1217, une tactique différente fut mise à l'épreuve : cette fois, les troupes devaient traverser le territoire des Aijubides en Egypte actuelle et attaquer ainsi le territoire islamique par le sud-ouest. Cependant, la campagne s'est enlisée en Egypte en 1221 et les troupes y ont été écrasées sans même avoir atteint la Terre Sainte.

La sixième croisade a été menée par l'empereur allemand Frédéric II. Il s'est appuyé sur la diplomatie au lieu de l'épée et a négocié le retour de Jérusalem sans effusion de sang. Cependant, ce commerce a scandalisé les dirigeants européens et la ville a été perdue au profit des Seldjoukides quelques années plus tard.

La septième croisade sous Louis IX essaya à nouveau de faire avancer la tactique de l'Egypte à la Terre Sainte. Après les premiers succès, cependant, l'armée fut vaincue par le Sultan Baibars Mamelouké et le roi et son entourage tombèrent en captivité dont il ne fut libéré qu'après le paiement d'une rançon élevée.
Malgré son emprisonnement, le roi Louis II commença la huitième croisade en 1270, ce qui l'amena à Tunis où il mourut et la croisade prit fin.

 

Le roi Ludwig IX. et la septième croisade

Le roi Ludwig IX. et la septième croisade

 

La neuvième et dernière croisade fut menée par le roi anglais Edouard Ier en 1271, mais il ne réussit pas non plus contre les Mamelouks, et la Terre Sainte fut finalement perdue au profit de l'Islam.

 

Le roi Édouard I

Le roi Édouard I

Le dernier croisé

Le dernier croisé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Histoire des croisades

Histoire des croisades Broché – 20 février 2014

Le mot " croisade " est un anachronisme puisqu'il apparaît discrètement au XIIIe siècle et ne prend son sens actuel qu'au XIXe siècle. Les contemporains ne se voyaient pas comme des croisés, et leurs motivations étaient différentes de celles que nous leur prêtons.
La première croisade, préchée par le pape Urbain II au concile de Clermont en 1095, est avant tout un pèlerinage en Terre sainte, mêlant à des chevaliers une multitude de pèlerins, hommes, femmes et enfants. Au fi l du temps, les enjeux et les motifs des croisades deviennent de plus
en plus complexes, croisant motivations religieuses, politiques, économiques et idéologiques. Surtout, le phénomène a impliqué l'engagement des forces vives de la chrétienté. Trois rois de France, Louis VII, Philippe Auguste et Saint-Louis, ainsi que trois empereurs germaniques, ont
abandonné leur pays pendant de longs mois pour apporter aide aux Francs de Terre sainte et tenter de regagner les territoires repris par l'ennemi. Ces huit expéditions, qui se sont déroulées pendant deux siècles, dessinent au fi nal l'histoire de l'Empire latin de Constantinople et du royaume latin de Jérusalem. Histoire tragique, puisque le premier disparaît en 1261 et le second en 1295. La mort de Saint Louis, au terme de la huitième croisade, sonne le glas de ces entreprises. Avec lui meurt l'" esprit " de croisade.
Une synthèse particulièrement brillante par un auteur non conformiste.

Cliquez ici!

 

 

L'épopée des Croisades

L'épopée des Croisades (Modèle aléatoire) Poche – 2 mars 2017

De la prédication de la première croisade en 1095 à la chute de Saint-Jean-d'Acre en 1291, le récit documenté et enlevé des multiples tentatives pour libérer les Lieux saints.

Après avoir publié sa monumentale et prestigieuse Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, en trois volumes, que Perrin a rééditée en 1991, René Grousset avait écrit en 1936 cette Epopée des croisades, une synthèse destinée naturellement à un plus vaste public, qui devint, elle aussi, un classique dont chaque ligne est précieuse.

René Grousset nous conduit de la prédication d'Urbain II à Clermont – en novembre 1095 – à ce 28 mai 1291 qui vit les 200 000 hommes du sultan El Achraf Khalil réduire les dernières défense de Saint Jean d'Acre, l'ultime bastion de ce qui avait été le royaume franc d'Orient. Il raconte avec une clarté, une concision et une qualité de style admirables les neuf croisades qui jalonnèrent ces deux siècles extraordinaires dans l'histoire de l'Occident chrétien et de l'Islam. Tout le monde est d'accord pour estimer que les ouvrages du grand orientaliste, qui avait été à toutes les sources possibles, tant du côté musulman que du côté chrétien, restent la référence.

Cliquez ici!

 

 

Les Croisades vues par les Arabes

Les Croisades vues par les Arabes Poche – 20 décembre 1999

Juillet 1096 : il fait chaud sous les murailles de Nicée. A l'ombre des figuiers, dans les jardins fleuris, circulent d'inquiétantes nouvelles : une troupe formée de chevaliers, de fantassins, mais aussi de femmes et d'enfants, marche sur Constantinople. On raconte qu'ils portent, cousues sur le dos, des bandes de tissu en forme de croix. Ils clament qu'ils viennent exterminer les musulmans jusqu'à Jérusalem, et déferlent par milliers. Ce sont les " Franj ". Ils resteront deux siècles en Terre sainte, pillant et massacrant pour la gloire de leur dieu. Cette incursion barbare de l'Occident au cœur du monde musulman marque le début d'une longue période de décadence et d'obscurantisme. Elle est ressentie aujourd'hui encore, en terre d'islam, comme un viol.

Cliquez ici!

 

 

Les Croisades : la guerre en terre sainte

Les Croisades : la guerre en terre sainte Album – 30 janvier 2001

Cliquez ici!

 

 

La croisade de la liberté

La croisade de la liberté Broché – 1 septembre 2012

L'an 1096, à la veille de la première croisade. Gauthier est condamné à mort pour un crime qu'il jure ne pas avoir commis. Il est gracié, à condition de s'engager comme croisé pour délivrer Jérusalem. Aux côtés de Godefroi de Bouillon, Gauthier se lance dans un combat qui devient aussi celui de sa liberté... Parviendra-t-il à prouver son innocence ? "Gauthier rêvait aux pays lointains qu'il allait découvrir, nouveaux, fascinants, si riches que nombre de croisés songeaient déjà à s'y installer à demeure. Qu'allait-il trouver là-bas une fois le tombeau du Christ délivré ? Gloire ? Fortune ? Amour ? On disait les femmes de l'Orient si belles..."

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!