Les premières croisades

Au XIe siècle, l'Empire Seldjoukide s'étend sur une grande partie du Moyen-Orient jusqu'au Pakistan. En 1071, le chef Seldjoukide Arp Arslan détruisit l'armée byzantine et conquit les villes saintes de la Mecque et de Médine. En 1073, la ville de Jérusalem a été conquise. C'était déjà entre les mains de l'islam à l'époque, mais l'événement a forcé les Byzantins à demander au Pape Urbain II un soutien contre les Seldjoukides pour reconquérir les lieux saints.
Le Pape a suivi la demande d'aide et a appelé à la lutte des religions en Europe pour protéger le christianisme du " tas sans Dieu ". Les croisades que nous connaissions ont suivi.

Incités par la promesse d'une indulgence parfaite pour tous les péchés, des milliers de personnes se sont jointes au nouveau mouvement. Marqué d'une croix rouge sur leurs vêtements, le lien avec leur foi devrait être proclamé. La perspective de proies et de terres était un effet secondaire trompeur.
Environ 100 000 soldats se sont rassemblés près de Constantinople. La plupart d'entre eux étaient français, cavalerie et infanterie. En raison de l'approvisionnement insuffisant et du pays hostile aux soldats, la plupart des soldats sont morts pendant l'avance en raison du manque d'eau et de la faim, de sorte qu'en 1097 seulement 40. 000 personnes ont atteint la ville fortement fortifiée d'Antioche, qui est tombée après le siège le 3 juin 1098.

Après la conquête d'Antioche, l'armée de 12 000 hommes se rendit à Jérusalem. Là, les fortifications pourraient être surmontées après quelques mois, la ville pourrait être prise et dans la ruée vers la victoire, des représailles sanglantes pourraient être exercées sur la population.
Après cette victoire, les Croisés ont dû se répartir les territoires entre eux. Ainsi, des États plus petits comme le comté d'Edessa en Arménie, la Principauté d'Antioche en Syrie ou le Royaume de Jérusalem sont apparus. Pour protéger les territoires conquis, les nouveaux dirigeants ont décidé de fonder un "ordre militaire" pour combiner les idéaux chevaleresques avec le mode de vie monastique. Le temple de Jérusalem a été choisi comme donneur de nom, de sorte que l'ordre a reçu par la suite la désignation de "Templier".
Outre les tâches militaires de protection des zones environnantes, l'Ordre était de plus en plus utilisé comme escorte pour les pèlerins en voyage et pour les fortifications des villes.
Ceux-ci pouvaient être tenus pendant un certain temps par la forte présence des Templiers, mais en terrain ouvert, le point faible des soldats déployés devenait rapidement apparent. L'armure lourde dans la chaleur du Moyen-Orient s'est non seulement avérée inflexible et fatigante, mais les porteurs étaient beaucoup moins maniables que les cavaliers rapides des Seldjoukides, de sorte que les cavaliers turcs rapides ont pu infliger de lourdes pertes aux Templiers, ce qui s'est avéré décisif pour la guerre.

 

Première Croisade

Première Croisade

 

La reconquête du comté d'Edessa par les Seldjoukides en 1144 fut un véritable choc pour les Croisés et les autres territoires occupés. Bientôt, il y eut des voix appelant à une deuxième croisade. Cependant, cela n'a été entendu qu'après que l'abbé français Bernhard von Clairvaux, le roi français Louis VII. et le roi allemand Konrad III. aient rejoint l'appel. Une armée a été rapidement déployée pour soutenir les Templiers en poste au Moyen-Orient. Sur le chemin de Constantinople à la Palestine en 1147, l'armée du roi allemand Conrad III subit une défaite amère et dut rejoindre l'armée française avec ses restes. En 1148, le siège de Damas a dû être arrêté et la deuxième croisade s'est terminée comme elle avait commencé : dans le chaos.

 

Deuxième Croisade

Deuxième Croisade

 

 

Incité par les conflits internes des dynasties européennes et la honte d'une deuxième invasion du Moyen-Orient, le leader kurde Salah-al-Din, appelé Saladin, a mené les musulmans sous l'égide du "Jihad" en contre-attaque contre les chrétiens et leur expulsion définitive du Moyen-Orient.

 

 

Guerriers islamiques

Guerriers islamiques

 

Cavalerie de l'Ordre du Temple

Cavalerie de l'Ordre du Temple

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Histoire des croisades

Histoire des croisades Broché – 20 février 2014

Le mot " croisade " est un anachronisme puisqu'il apparaît discrètement au XIIIe siècle et ne prend son sens actuel qu'au XIXe siècle. Les contemporains ne se voyaient pas comme des croisés, et leurs motivations étaient différentes de celles que nous leur prêtons.
La première croisade, préchée par le pape Urbain II au concile de Clermont en 1095, est avant tout un pèlerinage en Terre sainte, mêlant à des chevaliers une multitude de pèlerins, hommes, femmes et enfants. Au fi l du temps, les enjeux et les motifs des croisades deviennent de plus
en plus complexes, croisant motivations religieuses, politiques, économiques et idéologiques. Surtout, le phénomène a impliqué l'engagement des forces vives de la chrétienté. Trois rois de France, Louis VII, Philippe Auguste et Saint-Louis, ainsi que trois empereurs germaniques, ont
abandonné leur pays pendant de longs mois pour apporter aide aux Francs de Terre sainte et tenter de regagner les territoires repris par l'ennemi. Ces huit expéditions, qui se sont déroulées pendant deux siècles, dessinent au fi nal l'histoire de l'Empire latin de Constantinople et du royaume latin de Jérusalem. Histoire tragique, puisque le premier disparaît en 1261 et le second en 1295. La mort de Saint Louis, au terme de la huitième croisade, sonne le glas de ces entreprises. Avec lui meurt l'" esprit " de croisade.
Une synthèse particulièrement brillante par un auteur non conformiste.

Cliquez ici!

 

 

L'épopée des Croisades

L'épopée des Croisades (Modèle aléatoire) Poche – 2 mars 2017

De la prédication de la première croisade en 1095 à la chute de Saint-Jean-d'Acre en 1291, le récit documenté et enlevé des multiples tentatives pour libérer les Lieux saints.

Après avoir publié sa monumentale et prestigieuse Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem, en trois volumes, que Perrin a rééditée en 1991, René Grousset avait écrit en 1936 cette Epopée des croisades, une synthèse destinée naturellement à un plus vaste public, qui devint, elle aussi, un classique dont chaque ligne est précieuse.

René Grousset nous conduit de la prédication d'Urbain II à Clermont – en novembre 1095 – à ce 28 mai 1291 qui vit les 200 000 hommes du sultan El Achraf Khalil réduire les dernières défense de Saint Jean d'Acre, l'ultime bastion de ce qui avait été le royaume franc d'Orient. Il raconte avec une clarté, une concision et une qualité de style admirables les neuf croisades qui jalonnèrent ces deux siècles extraordinaires dans l'histoire de l'Occident chrétien et de l'Islam. Tout le monde est d'accord pour estimer que les ouvrages du grand orientaliste, qui avait été à toutes les sources possibles, tant du côté musulman que du côté chrétien, restent la référence.

Cliquez ici!

 

 

Les Croisades vues par les Arabes

Les Croisades vues par les Arabes Poche – 20 décembre 1999

Juillet 1096 : il fait chaud sous les murailles de Nicée. A l'ombre des figuiers, dans les jardins fleuris, circulent d'inquiétantes nouvelles : une troupe formée de chevaliers, de fantassins, mais aussi de femmes et d'enfants, marche sur Constantinople. On raconte qu'ils portent, cousues sur le dos, des bandes de tissu en forme de croix. Ils clament qu'ils viennent exterminer les musulmans jusqu'à Jérusalem, et déferlent par milliers. Ce sont les " Franj ". Ils resteront deux siècles en Terre sainte, pillant et massacrant pour la gloire de leur dieu. Cette incursion barbare de l'Occident au cœur du monde musulman marque le début d'une longue période de décadence et d'obscurantisme. Elle est ressentie aujourd'hui encore, en terre d'islam, comme un viol.

Cliquez ici!

 

 

Les Croisades : la guerre en terre sainte

Les Croisades : la guerre en terre sainte Album – 30 janvier 2001

Cliquez ici!

 

 

La croisade de la liberté

La croisade de la liberté Broché – 1 septembre 2012

L'an 1096, à la veille de la première croisade. Gauthier est condamné à mort pour un crime qu'il jure ne pas avoir commis. Il est gracié, à condition de s'engager comme croisé pour délivrer Jérusalem. Aux côtés de Godefroi de Bouillon, Gauthier se lance dans un combat qui devient aussi celui de sa liberté... Parviendra-t-il à prouver son innocence ? "Gauthier rêvait aux pays lointains qu'il allait découvrir, nouveaux, fascinants, si riches que nombre de croisés songeaient déjà à s'y installer à demeure. Qu'allait-il trouver là-bas une fois le tombeau du Christ délivré ? Gloire ? Fortune ? Amour ? On disait les femmes de l'Orient si belles..."

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!